Navigation | Esprit humain

Pages

Categories

Esprit humain

Je pense qu’il est important d’insister sur aucune immédiate vérification historique de notre triple évolution fondamentale de l’esprit humain: chaque lecteur pourra sans peine exécuter spontanément ce travail préliminaire, s’il ne l’a déjà suffisamment ébauché pendant l’étude successive des volumes précédens. Mais, au contraire, il importe beaucoup de concentrer directement une attention spéciale sur l’explication philosophique de cette grande loi, qui, à l’état de simple fait général, resterait nécessairement dépourvue de sa principale efficacité scientifique. Cette généralité empirique, qui, en toute autre science, pourrait déjà avoir une valeur suffisante, ne saurait pleinement convenir à la nature propre de la sociologie, d’après les principes logiques établis, à ce sujet, dans la quarante-huitième leçon. En une telle science, nous avons reconnu la possibilité caractéristique d’y concevoir à priori toutes les relations fondamentales des phénomènes, indépendamment de leur exploration directe, d’après les bases indispensables fournies d’avance par la théorie biologique de l’homme. Nous savons aussi que l’usage convenable de cette éminente propriété peut seul procurer aux doctrines sociologiques toute l’énergie rationnelle qui leur est nécessaire pour surmonter suffisamment les obstacles plus prononcés que doit rencontrer leur application réelle; outre qu’un tel contrôle doit constituer, d’ordinaire, la plus irrécusable confirmation de l’exactitude essentielle des inductions historiques proprement dites. Or, une telle opération ne saurait, sans doute, à l’un ou à l’autre titre, présenter, en aucun cas, un intérêt plus capital qu’à l’égard de la loi la plus fondamentale qui puisse être jamais appliquée à l’ensemble de la dynamique sociale. Nous devons donc ici soigneusement caractériser les divers motifs généraux, puisés dans l’exacte connaissance de la nature humaine, qui ont dû rendre, d’une part inévitable, d’une autre part indispensable, cette succession nécessaire des phénomènes sociaux, directement envisagés quant à l’évolution intellectuelle qui domine essentiellement leur marche principale. Toutefois, ayant déjà suffisamment indiqué, à ce sujet, les motifs purement logiques, d’abord dans le discours préliminaire du premier volume, et ensuite, en beaucoup d’occasions importantes, dans tout le cours de ce Traité, je pourrai, en y renvoyant d’avance le lecteur, m’occuper surtout maintenant des motifs moraux et sociaux, sans m’exposer d’ailleurs à scinder mal à propos une démonstration philosophique dont toutes les parties sont spontanément solidaires.




Filed by ledisjoncteur at juin 8th, 2016 under Uncategorized

Blogroll



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 14 articles | blog Gratuit | Abus?